L’assemblage de compétences au service de la certification collective

L’assemblage de compétences au service de la certification collective

AS Entreprises et la Chambre d’Agriculture de la Marne unissent leurs savoir-faire pour accompagner les viticulteurs dans une démarche de certification environnementale collective (HVE et VDC). Pour concrétiser ce partenariat, ils ont signé une convention le 1er octobre à la Cuverie.

Béatrice Moreau et Thierry Fournaise signant la convention sur la certification HVE VDC à la Cuverie
Béatrice Moreau, présidente de la Chambre d’Agriculture de la Marne et Thierry Fournaise, président délégué d’AS Entreprises ont signé la convention. (© C.Meilleur)

C’est avec une grande satisfaction que Thierry Fournaise, président délégué d’AS Entreprises et Béatrice Moreau, présidente de la Chambre d’Agriculture de la Marne, ont signé une convention de partenariat pour accompagner la certification collective des viticulteurs. Le but est d’emmener le maximum de viticulteurs en leur facilitant la démarche.

Des viticulteurs acteurs et accompagnés

L’objectif fixé par l’interprofession est clair : 100 % des viticulteurs champenois certifiés en viticulture durable (VDC) d’ici 2030. C’est un défi à relever. En effet, aujourd’hui seul un tiers des surfaces est certifié, dont une grande partie grâce à une démarche collective. La prise en compte de la certification dans le prix du raisin devient incitative. Elle devrait accélérer le mouvement. Pour Thierry Fournaise, c’est une évidence « le viticulteur ne doit pas subir la certification, il doit en être acteur. Mais il ne faut pas le laisser seul face aux changements importants que peut engendrer la transition environnementale. En effet, la mise en place de la certification dans une exploitation doit être précédée d’une réflexion stratégique.  Les pratiques, les investissements, la main-d’œuvre et l’organisation du travail sont parmi les sujets majeurs à traiter ».

De même, Béatrice Moreau considère que le rôle des responsables professionnels est de « trouver des solutions collectives avec d’autres acteurs pour accompagner les agriculteurs et les viticulteurs ». Signer ce partenariat à la Cuverie, lieu d’assemblage de compétences, a un vrai sens. Et elle ajoute « la certification participe à la création de valeur au sein de la filière en permettant de mieux valoriser les produits ».

Photo de groupe - Partenariat AS Entreprise et Chambre d'agriculture de la marne
La signature a eu lieu à la Cuverie à Pierry où AS Entreprises a ouvert un pôle dédié à la viticulture. (© C.Meilleur)

Des compétences complémentaires

« En écoutant les viticulteurs, nous avions compris que la démarche de certification était lourde à entreprendre et qu’ils avaient besoin d’être accompagnés », explique à son tour Aurélien Lemouton, responsable stratégie et développement chez AS Entreprises.

« En complément de nos propres domaines d’expertise, nous avons cherché un partenaire compétent sur le plan technique. C’est donc tout naturellement que nous nous sommes tournés vers la Chambre d’agriculture de la Marne, partenaire historique  ».

AS Entreprises et FDSEA Conseil sensibilisent leurs adhérents viticulteurs sur le sujet et détectent les besoins. Ils les accompagnent sur le plan économique, financier, juridique et réglementaire.

La Chambre d’agriculture de la Marne a une solide expérience en certification collective VDC et HVE. Elle accompagne les viticulteurs dans les procédures administratives et assure la formation. De même, elle assure la gestion de la structure collective et la relation avec l’organisme certificateur.

« Mais attention, même si la démarche est collective, chaque viticulteur doit être prêt à s’engager car il sera certifié individuellement », explique Jean- Michel Ecochard, responsable du pôle viticole à la Chambre d’agriculture. « Aujourd’hui nous assurons le suivi de 165 exploitations. Nous visons l’objectif de 300 exploitations supplémentaires pour 2021. La demande va aller en s’accentuant ».

Un argument de poids pour communiquer

Benoist Perseval, administrateur à la Chambre d’Agriculture, voit un autre intérêt à la certification « Nous pouvons également valoriser la certification sur le plan de la communication. Elle peut nous aider à expliquer au consommateur comment nous produisons notre raisin. Il faut dire ce que l’on fait, valoriser nos pratiques ! » affirme-t-il en guise de conclusion. Un avis partagé par Thierry Fournaise et Béatrice Moreau.

 

Carole Meilleur

La Marne Viticole – Novembre 2020